Un début de glossaire pour décrire rigoureusement les MOOC

http://www.dreamstime.com/stock-photo-3d-small-people-complicated-question-image19385560Ami lecteur, il y a quelques semaines, j’ai posté sur ce blog un « lexique » permettant de s’y retrouver parmi la profusion de termes techniques que j’utilise parfois dans mes billets (et dans ma thèse). Plus d’une cinquantaine de termes à assimiler comme ça, d’un coup, ça me semble néanmoins un peu rude, et je vais du coup vous proposer quelques billets où je reviens sur les termes que j’utilise, mais cette fois avec quelques phrases d’explication pour fluidifier le tout. Nous allons maintenant successivement aborder les termes certificat, certifiés, taux de certification, complétion, trace d’activité, ainsi que toute terminologie nécessaire à la bonne compréhension des prochains billets.

J’utilise le mot certificat pour désigner toute forme de validation gratuite ou payante permettant d’attester du suivi avec succès d’un MOOC. Ce terme correspond à ce que l’on nomme le plus souvent sur Coursera le Statement of Accomplishment, ou sur FUN l’attestation de participation avec succès. Un participant obtenant le certificat sera qualifié certifié, et un participant qui n’obtient pas le certificat est un non-certifié. Ce dernier terme est également utilisé pour désigner une personne qui participerait à l’ensemble des activités prescrites nécessaires à l’obtention du certificat, mais échouerait car ses résultats seraient insuffisants, ce sont les recalés.

Je parle de taux de certification pour désigner le ratio entre le nombre de certifiés et le nombre total d’inscrits au cours. Le calcul inclut les participants inscrits après la date de lancement de la formation et jusqu’à la date de fin de la formation. Je distingue le terme de taux de certification du terme taux de complétion. Je préfère parler de non-certification plutôt que de d’abandon, de décrochage ou d’attrition, qui impliquent un certain nombre d’hypothèses relatives aux comportements des participants ou à leur intention initiale. Le terme non-certification a l’avantage de sa neutralité. Nous ne parlerons de décrochage que pour désigner le phénomène que Tinto (1975) décrit comme le retrait volontaire, c’est-à-dire le fait que le participant décide consciemment d’arrêter de suivre la formation alors qu’il avait commencé à s’impliquer. Ceci exclut ce que nous appellerons le no-show, c’est-à-dire les participants qui s’inscrivent au MOOC mais qui ne s’y connectent jamais.

N’employez le terme étudiant que pour désigner des individus inscrits en formation initiale, sinon c’est la confusion assurée. J’utilise personnellement le terme internaute pour désigner toute personne ne s’inscrivant pas au MOOC à l’injonction d’un établissement d’enseignement supérieur ou à l’injonction d’un supérieur hiérarchique. Ce terme sera l’équivalent de ce que nous appellerons un public non captif. Je préfère parler parler d’utilisateur ou d’inscrit lorsque nous n’avons pas d’indication quant au comportement observable; ce terme permet par ailleurs d’englober l’ensemble de l’audience d’un MOOC sans distinction aucune. Une plate-forme, ou plate-forme d’hébergement, correspond au site Internet sur lequel sont répertoriés et hébergés différents MOOC, qu’ils soient auto-produits ou produits par une institution partenaire de la plate-forme. Il doit être possible de s’inscrire au MOOC directement depuis cette plate-forme.

J’utilise le terme enquête uniquement pour désigner les questionnaires diffusés par mes soins ou par des partenaires au sein de leur formation. Je qualifie de répondant toute personne ayant répondu à l’une de ces enquêtes, réservant le terme interviewé aux participants ayant pris part aux entretiens semi-directifs. Toute donnée issue d’un questionnaire sera qualifiée de donnée autodéclarée. Je parle d’intention déclarée pour désigner les intentions déclarées dans les enquêtes relatives au fait de terminer ou non le MOOC, la définition du terme terminer étant à la discrétion du participant.

Par traces d’activité, je me réfère aux données collectées par les serveurs de la plate-forme hébergeant le MOOC ou sur un outil dont les données d’usage sont accessibles au chercheur : navigation sur une page, réalisation d’un quiz, visionnage d’une vidéo, qui constituent autant d’actions. Je désigne par comportement observable tout comportement détectable directement via les traces d’activité. Cela exclut tout comportement non directement accessible à l’observation : visionnage de vidéos téléchargées, réalisation de devoirs en dehors de la plate-forme, comportements de prise de notes, etc.

Enfin, je dirai d’un participant qu’il est engagé ou impliqué dans la formation si l’on peut montrer, sur la base des traces d’activité, qu’il a réalisé un certain nombre d’actions ; le niveau d’implication ou le niveau d’engagement est fonction du nombre d’actions réalisées par le participant. J’utiliserai généralement le terme niveau d’engagement pour discriminer entre eux les participants, parmi les certifiés ou les non-certifiés, selon le nombre d’actions qu’ils auront réalisées.

Voilà voilà, si vous voulez introduire un peu de rigueur dans votre manière de décrire les participants de MOOC et les utilisations qui sont faites des formations, ce type de billet est fait pour vous. J’en ferai d’autres des comme ça, et renverrai vers ces billets quand j’utiliserai des termes techniques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>